TOURCOING, 2019
LES RÊVES PRENDRONT LEURS REVANCHES

un projet des jeunes de la MJC LA MAISON - Centre Social

Akram Benkhalfallah, Samra Bouzra, Imane Chebbour, Chahine Derbali, Lamine Hakkoum, Samir Hamrit, Malensia Main, Déborah Mambweni, Dadouda Sissoko, et avec la participation de Yasmine Mekhalif,

et Clément Braeckman-Devred, Jean-Pierre Damiens et Elizabeth Da Costa, référents de la MJC LA MAISON - Centre Social,

réalisé par Clio Simon

Les jeunes du quartier du Virolois de Tourcoing ont choisi d’interroger l’idée de transmission et ont adressé une lettre collective à leurs futurs enfants, dans laquelle ils dévoilent leurs rêves.

"J’ai envie de te dire de ne pas avoir peur, de ne pas avoir peur de l’inconnu. En tout cas, c’est ce qui m’a permis de grandir, de me forger. En tout cas, les nuits, ces fameuses nuits, à marcher seul, seul dans les rues de Tourcoing, seul dans les rues, à observer l’histoire gravée sur les murs. Quand l’obscurité recouvre la ville, où les regards n’existent plus, seuls les rêveurs sont éveillés.

voix-off, extrait du film

 

   La première rencontre de Clio Simon avec les jeunes s’est déroulée sous la forme d’un faux casting : devant la caméra de la réalisatrice chacun s’est présenté, et de ce premier échange est né le désir commun de transmettre un message aux futures générations, pour ne pas qu’elles oublient leurs histoires, familiales et territoriales.

 

   Chacun a alors cherché dans la littérature, la musique, dans ses souvenirs même, de quoi écrire une lettre à ces futures générations. C’est du partage de ces lettres et de leur mise en scène que, progressivement, une lettre collective a commencé de s’écrire, comme un écho des préoccupations du groupe. Elle évoque l’héritage, les douleurs, les espoirs, la désobéissance, notamment. Pour le décor de leur film, les jeunes et la réalisatrice ont choisi un terrain de football : un lieu important dans leur ville, mais aussi le symbole du collectif.

"Nous avons d’abord écrit des lettres personnelles, qui servaient de support. Dans le studio, j’ai pu exprimer beaucoup plus de choses que d’habitude, parler comme je n’ai jamais parlé même à mes proches : cela pour faire passer un message aux jeunes d’aujourd’hui et de demain."

Malensia

DIFFUSIONS

  • À la suite de la première projection publique au cinéma Le Fresnoy, lors d’un long échange avec le public, trois jeunes participantes du projet, et la réalisatrice Clio Simon, sont revenues notamment sur le passage de l’écriture de ces lettres individuelles à une lettre collective destiné  à leurs futurs enfants, abordant ces questions d’héritage et de désobéissance. Dans le public se trouvaient de nombreuses familles et des jeunes du quartier. 

"Rapidement, les participants avaient une très belle complicité, des choses étaient déjà évidentes entre eux. Et lorsque je leur ai dit que le film serait vu par des gens qui ne les connaissaient pas, pouvait être adressé à n’importe qui : ils ont collectivement demandé de s’exprimer pour leurs futurs enfants, c’est à cet endroit là que la rencontre s’est faite. De quelle manière ce film allait leur poser des questions qui ne se sont peut-être jamais posés ? et comment ce film laisserait une trace ? "

Clio Simon

  • Juillet 2019 : carte blanche au programme « Que Faire ? », et projection de Les rêves prendront leurs revanches présenté par Clio Simon, suivie d’un temps d’échange avec les autres équipes de film et le public.

LE_FRESNOY_LE_BAL_SD-0055.jpg

Pour voir le film en intégralité, écrivez nous : ici

Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme QUE FAIRE ?, proposé par LE BAL / La Fabrique du Regard,

avec le soutien de l'Agence nationale de la cohésion des territoiresla Fondation AG2R La Mondialela Fondation AnBerla Fondation Paris Habitat, la Fondation SUEZ, le Fonds de Dotation du Grand Paris Express

et le Cercle des 100 Amis Mécènes du BAL

LOGO-FABRIQUE-LE BAL-blanc copie.png